La BCE indique que la fraude à la carte bancaire sur Internet se répand

La Banque Centrale Européenne a comparé l’évolution des cas de fraude à la carte bancaire entre 2007 et 2010 dans 32 pays d’Europe utilisant le système de paiement SEPA. Les opérations frauduleuses diminuent partout sauf lorsqu’il s’agit d’un paiement par Internet ou par téléphone.

Essayez Carte 4 Etoiles Cofidis

Les détenteurs d’une carte bleue qui utilisent cette dernière pour payer leurs achats au quotidien peuvent dormir tranquilles : les cas de fraude sont en net diminution dans toute l’Europe. Il s’agit là du résultat d’une étude novatrice menée par la Banque Centrale Européenne.

L’institut d’étude de la BCE a donc mis en parallèle l’évolution des utilisations frauduleuses entre 2007 et 2010 dans les 32 pays d’Europe utilisant le protocole SEPA. En plus des 27 pays de l’Union européenne, il convient de rajouter L’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège et la Suisse.

Même si la fraude dans les transactions par carte bancaire est en recul de – 0,7 % entre 2007 et 2010 au niveau global, l’étude démontre que les paiements par téléphone ou par Internet concentrent la grande majorité des cas et sont en constante progression. En termes de chiffres, la fraude a atteint les 648 millions d’euros en 2010, contre 571 millions en 2007. La tendance est nette et démontre la progression des transactions frauduleuses par téléphone et/ou par Internet.

Une nouvelle technologie rendant plus fiable le système des cartes à puce a vu le jour. Le nouveau standard EMV rend la falsification très difficile. Au total, les transactions frauduleuses via les cartes de paiement représentent 1,26 milliard d’euros, soit 0,04 % du volume des paiements réalisés en 2010. Par ailleurs, on constate que la fraude est plus fréquente avec une carte de crédit ou à débit différé, qu’avec une carte à débit immédiat.

Le système EMV a été payant pour diminuer les cas d’abus de la carte via un terminal de paiement dans un magasin ou un retrait dans un automate bancaire. Cette technologie est malheureusement sans effet sur la fraude sur Internet ou via les paiements par téléphone.

En tout, 1,2 % des cartes utilisées dans l’espace SEPA ont fait l’objet d’une utilisation frauduleuse. Cela représente environ 12 cartes pour 1000 en circulation.

Ce contenu a été publié dans Actu, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *