Les pirates s’attaquent aux banques en ligne

Un grand nombre d’attaque envers des comptes bancaires détenus au sein de banque en ligne ont eu lieu durant l’année. Les professionnels de la sécurité informatique et les forces de l’ordre mettent en commun leurs connaissances afin d’endiguer le phénomène.

Essayez Fortuneo Banque En Ligne

80 milliards de dollars : c’est le résultat, ou plutôt le coût des cyber-attaques au plan mondial. Selon le Guardian Analytics et McAfee (leader en solution de sécurité), 60 banques auraient été victimes de méfaits informatiques. Les fraudeurs prévoyaient de récolter une somme allant de 75 millions à 2,5 milliards de dollars.

D’après une étude menée par les spécialistes du secteur, les premières attaques ont été repérées en Italie, avant de se propager en Amérique Latine et aux États-Unis où les cybercriminels ont essayé de pirater les comptes de particuliers mais aussi des professionnels.

Tous les organismes bancaires ont été pris pour cible aussi bien les banques locales et régionales issues d’établissements bancaires internationaux que les banques d’affaires. Aux USA, les comptes personnes morales (sociétés) sont les plus attaqués. En mars 2012, le Pays-Bas n’a pas échappé au fraudeur et a été victime d’une cyber-attaque venant d’un serveur automatisé situé à en Californie à San José (ville connue pour être le siège de Facebook). Pour exemple 5000 comptes d’affaires avec une transaction moyenne avoisinant les 1923€ ont été détournés dans deux banques néerlandaises.

Pour arriver à mettre leurs plans à exécution, les pirates responsables de ces cyber-attaques utilisent des technologies très pointues. Ils utilisent la méthode connue du grand public, des « chevaux de Troie » comme Zeus ou SpyEye auxquels ont été apportées des modifications. Les améliorations de ces chevaux de Troie permettent d’infiltrer et d’altérer des serveurs automatisés qui contournent l’authentification par carte à puce et par code PIN.

D’après les forces de l’ordre, des preuves permettraient de dire que les attaques viennent de Moscou et plus généralement de Russie. Depuis la connaissance de ce type de cybercriminalité, des solutions ont été mise en place conjointement entre les forces de l’ordre et les spécialistes afin de contrer les offensives qui nuisent à la réputation des banques en ligne.

Ce contenu a été publié dans Actu, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *