Préparez votre retraite avec le PERP

Le Plan Epargne Retraite Populaire (PERP) est un placement dont les banques parlent assez peu mais qui pourra vous permettre de préparer votre retraite tout en allégeant votre facture fiscale.

Essayez Fortuneo Banque En Ligne

Ce placement a été créé en 2003 par la loi Fillon. Concrètement, le PERP a les caractéristiques d’un contrat d’assurance vie. Il a été conçu pour se constituer un capital et avoir des revenus supplémentaires une fois à la retraite. Il est de plus possible de désigner un bénéficiaire en cas de décès durant la phase d’épargne.

Ce qui différencie le Plan Epargne Retraite Populaire à l’assurance vie concerne le fonctionnement. Les sommes versées sur un PERP n’appartiennent plus à l’épargnant mais à la compagnie d’assurance et sont de ce fait bloquées jusqu’au départ en retraite. Il existe cependant des cas permettant de débloquer l’épargne accumulée sur un PERP comme par exemple un licenciement, une invalidité ou encore l’arrivée en fin de droits au chômage… Partez donc du principe que ce que vous verserez sur votre contrat PERP ne sera pas disponible.

Concernant la phase d’épargne, sachez que les banques demandent entre 30€ et 50€ pour l’ouverture d’un PERP et n’imposent pas par la suite de versements obligatoires. Vos fonds sont placés sur des supports qui, comme dans le cas de l’assurance vie peuvent être en Euros ou bien en unités de compte. A savoir que la loi prévoit aussi un fonds qui sécurise au fil des années votre capital (diminution progressive des unités de compte).

Une fois l’âge de la retraite arrivé, votre capital est converti en rente viagère. Cette dernière est calculée en fonction du capital épargné et de la durée estimée de votre espérance de vie. Concrètement, vous toucherez une rente à vie. Si vous mourrez avant la date estimée, la rente est perdue ; si vous mourrez après, vous continuerez quand même à toucher la rente bien que vous ayez dépassé l’espérance de vie estimée.

L’avantage majeur d’un PERP est bien entendu fiscal. Durant la phase d’épargne, il est possible pour le contribuable de déduire ses versements sur PERP ! Il pourra déduire au maximum 10% de son revenu professionnel après abattement (10% ou frais réels) sans toutefois dépasser un plafond correspondant à 8 fois le PASS (plafond annuel de la sécurité sociale).

Ce contenu a été publié dans Actu, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *