Vers la disparition du crédit renouvelable ?

Les derniers chiffres sont sans appels et donnent le vertige : 2 millions de comptes révolving en moins en 2011. Une explication à ce chiffre s’avère être le nombre croissant de résiliation conjugué à la baisse du nombre d’ouverture. Les effets de la loi Lagarde se font sentir et mettent à mal le secteur du crédit renouvelable.

Meilleur crédit sans justificatif

La loi Lagarde de 2010 a assené un coup fatal au crédit renouvelable. D’après l’Association française des sociétés financières (ASF), 5,9 millions de comptes ont été fermés contre 3,9 millions ouverts. D’où une différence de deux millions de comptes qui ramène à 16,6 millions le nombre de contrats de crédit actuellement ouverts.

Les détenteurs de réserve les utilisent moins qu’avant, voir pas du tout dans certain cas. Le montant maximum d’un crédit renouvelable se situe en moyenne à 2 730 euros. On constate une baisse de 26% du nombre de paiement à crédit avec les cartes vendues par les magasins. Selon l’ASF, il semblerait que le crédit renouvelable se trouve recentré « sur la gestion du budget et le financement d’achats de petit montants à caractère répétitif ».

Ce changement d’habitude quant à l’utilisation du revolving est en adéquation avec les objectifs de la loi Lagarde et devrait se poursuivre. Certaines mesures sont encore en attente d’application, comme la convergence des taux entre crédits renouvelables et crédits affectés, les crédits, à terme, se différenciant en fonction de leur montant et non de leur nature. Cette mesure devrait aboutir en 2013. Une règle d’amortissement minimum visant à raccourcir la durée des crédits, va au fur et à mesure réduire les encours.

Les organismes spécialisés dans le secteur comme Laser Cofinoga tentent de s’adapter à ce nouvel environnement réglementaire qui vient apporter de nouvelles contraintes dans un contexte déjà délicat. Les résultats de la loi sur le surendettement restent aussi à prouver. L’idée d’un crédit renouvelable sur une courte durée avec des mensualités plus élevées pourrait mettre en difficulté les clients fragiles.

Le crédit renouvelable tel que nous le connaissions est bel et bien révolu.

Ce contenu a été publié dans Actu, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *